Tous les articles par redacteur

Urgence d’agir sur le climat avec les nouveaux parlementaires

Des spécialistes du climat peut-il suffire à sensibiliser des parlementaires ? C’est le pari relevé actuellement, devant le palais Bourbon, par 35 scientifiques et le collectif Pour un réveil écologique. Sous une tente installée à 200 m de l’Assemblée, des climatologues et spécialistes de la biodiversité proposent depuis lundi aux nouveaux députés une formation express aux enjeux écologiques, et présenter des solutions.

« Pour répondre à cette question, il faut passer par une harmonisation des connaissances en matière de climat et de biodiversité chez tous les députés, avance Léa Falco, membre du collectif Pour un réveil écologique. Ensuite, nous saurons que les parlementaires qui n’agissent pas en faveur de l’environnement le font en pleine conscience

« Il ne faut pas voir la transition écologique comme une menace, mais une opportunité pour améliorer la qualité de vie en préservant notre avenir », explique Gonéri Le Cozannet, l’un des auteurs du rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), à la députée de Paris Maud Gatel (MoDem), qui l’écoute, concentrée. Une quarantaine de spécialistes sont attendus tel que François Gemenne, membre du Giec, le Groupe intergouvernemental d’experts sur le climat, Magali Reghezza, géographe et membre du Haut conseil pour le climat (HCC) ou encore Lola Vallejo, directrice du programme climat de l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri).

Cette action inédite, organisée au lendemain des élections législatives, n’est pas « que du symbole », assure le climatologue Christophe Cassou, du Centre national de la recherche scientifique, à l’origine de l’opération avec l’ex-député Matthieu Orphelin et le collectif Pour un réveil écologique, qui réunit des étudiants de grandes écoles engagés pour le climat. Cette formation est une première étape. Ses initiateurs espèrent pouvoir lancer une formation plus poussée de tous les parlementaires sur les enjeux environnementaux au sein de l’Assemblée, “notamment à l’occasion de la sortie du rapport de synthèse du 6ème rapport du GIEC fin 2022 – début 2023 ou lors de la COP15 biodiversité en octobre 2022”, notent-ils.

Pendant ces trois jours, les scientifiques se tiendront « à disposition des député-es qui viendront chercher leur mallette d’accueil pour leur transmettre, via des formations d’une vingtaine de minutes, le consensus scientifique justifiant l’urgence à agir dans tous les secteurs » en faveur du climat et de la biodiversité, selon un communiqué.

« Cette nouvelle mandature n’a d’autre choix que d’être celle de l’adaptation à un climat changeant et celle de la réduction massive des émissions de gaz à effet de serre pour stabiliser le niveau de risques climatiques », ajoute le collectif, car « le climat et la biodiversité n’attendront pas une nouvelle mandature pour se rappeler à nous ».

“Les faits scientifiques indiquent clairement que nous envoyons nos enfants dans ‘un futur infernal’, pour reprendre la formule exacte du Secrétaire Général des Nations Unies, António Guterres. Bon nombre de parlementaires ne semblent pas avoir conscience de cette réalité terrifiante et urgente. Désormais, nous saurons qu’ils savent. Qui sait et n’agit pas pour sauver nos enfants n’est pas légitime pour décider de notre futur et surtout pas celui de nos enfants” a réagi Guillermo Fernandez.

L’océan atlantique est aussi le témoin des changements climatiques

Rappelons nous du film anticipateur avec comme  scénario  le Gulf Stream qui s’arrête dans le film Le jour d’après, sorti en 2004.

Or c’est ce qui est en train de se produire dans le silence médiatique, un courant majeur de l’océan Atlantique est déjà en train de ralentir, probablement en partie à cause du changement climatique causé par l’homme. Selon une étude publiée ce 6 juin dans la revue Nature Climate Change, les scientifiques ont découvert que si la circulation méridienne de retournement de l’Atlantique (AMOC) s’effondrait complètement,et  aurait des répercussions jamais prévues auparavant. Elle transporte du carbone, des nutriments et de la chaleur, contribuant ainsi à alimenter les pêcheries et réguler le climat de l’Europe. Ce courant a ralenti de 15% depuis les années 1950.

Déjà l’ étude parue le 25 février dans Nature Geoscience indiquait que ces courants seraient en train de ralentir, ayant atteint leur plus bas niveau depuis au moins un millénaire.

Les océans ne sont pas des masses d’eau inertes. Ils sont brassés en permanence par des courants marins, qui lient les océans entre eux. Ce mouvement continu de grande échelle, appelée circulation thermohaline ou MOC (meridional overturning circulation), joue un rôle très important dans la régulation du système climatique. « L’océan transfère d’énormes quantités d’eau, de carbone et de chaleur de la surface vers les profondeurs, grâce à la circulation thermohaline. Elle joue donc vraiment le rôle de thermostat au niveau du climat mondial”

Une conséquence indiscutable du réchauffement climatique est la fonte des calottes polaires du Groenland et de l’Antarctique. Lorsque ces calottes fondent, elles déversent d’énormes quantités d’eau douce dans les océans, rendant l’eau plus flottante et réduisant la descente de l’eau dense aux hautes latitudes. Les différences de densité poussent l’eau. Lorsque la glace fond ou que les océans gèlent, la température et la salinité relatives de l’eau changent, et les courants en font de même.

Grâce à des recherches antérieures, nous savons déjà qu’en l’absence de l’AMOC, l’hémisphère nord et la majeure partie de l’océan Atlantique deviennent beaucoup plus froids et la glace de mer s’étend. Cette nouvelle étude le confirme et prévoit que certaines parties de l’Atlantique Nord et de l’Europe côtière connaîtront une baisse de température moyenne de plus de 15 degrés Celsius en l’espace de quelques décennies.

Et si ce n’était pas suffisant des études sur les effets du réchauffement climatique, mettraient en évidence qu’il y a une désoxygénation des océans, ainsi  les océans perdraient de leur capacité à transporter de l’oxygène dissous. Les chercheurs mettent également en avant le fait que les océans plus proches des pôles – le Pacifique ouest et nord et les océans du sud sont particulièrement vulnérables à la désoxygénation. Peut-être une conséquence du réchauffement accéléré de ces régions.

Nos émissions de CO2 font diminuer la teneur en oxygène dans les océans depuis déjà 50 ans maintenant. Et des chercheurs du Helmholtz Centre for Ocean Research Kiel (Allemagne) annoncent que cela n’est pas près de changer. L’océan profond devrait ainsi perdre plus de 10 % de sa teneur en oxygène préindustrielle.Un effet que des chercheurs ont tenté de quantifier. Selon eux, d’ici 2080, ce ne sont pas moins de 70 % de nos océans qui pourraient manquer d’oxygène. Et pas mal de poissons avec eux…

Après avoir touché les couches superficielles de l’océan, la désoxygénation en cours du fait de nos émissions de CO2 devrait se poursuivre pendant des siècles dans les profondeurs. © C. Kersten, A. Oschlies, Helmholtz Centre for Ocean Research Kiel

La DGCCRF face aux fraudes alimentaires

Les médias nous ont alerté ces deniers mois de produits alimentaires non conformes occasionnant des soucis de santé à leurs consommateurs; cependant une instance nationale est en charge des contrôles comme doit l’être en amont celui des industriels sen charge de la fabrication ou de importation. on peut constater  que dans les produits Kinder ou des pizzas Buitoni, il y a eu des manquements flagrants.

Rappel sur ce que sont les services dits des fraudes ;

La DGCCRF agit en faveur :  https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/actualites-dgccrf

  • du respect des règles de la concurrence ;
  • de la protection économique des consommateurs ;
  • de la sécurité et de la conformité des produits et des services.

Autorité de contrôle, elle intervient :

    • sur tous les champs de la consommation (produits alimentaires et non-alimentaires, services) ;
    • à tous les stades de l’activité économique (production, transformation, importation, distribution) ;
    • quelle que soit la forme de commerce : magasins, sites de commerce électronique ou liés à l’économie collaborative, etc.
    • Depuis tout juste un an, le site RappelConso centralise les alertes de produits dangereux.
    • Un numéro RéponseConso : 0809 540 550

Si vous êtes un particulier :

Signalez votre problème de consommation et informez-vous sur vos droits et démarches en matière de consommation :

Des conseils de l’ADEME à propos de la climatisation

Pour lutter contre la chaleur, il ne faut pas acheter de climatiseur. Cette recommandation ne vient pas d’une association écologiste, mais de l’Agence de la transition écologique (Ademe), un organisme d’État. La climatisation est aujourd’hui responsable de près de 5% des émissions d’équivalent CO2 du secteur bâtiment. Il apparait donc essentiel de prendre en compte ses impacts sur les consommations d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre. C’est dans ce contexte que l’ADEME présente son étude « La climatisation de confort dans les bâtiments résidentiels et tertiaires » qui a pour objectif de réaliser un état des lieux à 2020 sur les consommations énergétiques et les émissions de gaz à effet de serre de ces équipements.

 Les conseils les plus simples et les moins onéreux:

  • aérer en soirée, la nuit et le matin ;
  • fermer fenêtres, volets et portes intérieures dans la journée ;
  • garnir son logement et sa terrasse de plantes ;
  • s’équiper de volets et stores de couleur claire.

L’ADEME propose de nombreux conseils pour une utilisation plus raisonnée des équipements de climatisation :

  • Limiter le recours à la climatisation avec un ensemble de solutions et de bons gestes pour rafraichir les villes, mieux concevoir les habitations et ne pas faire entrer la chaleur dans son logement ;
  • Faire entretenir son matériel par un professionnel possédant une attestation de capicité à manipuler des fluides frigorigènes.
  • Bien choisir son système de climatisation, tout l’enjeu étant de ne pas s’équiper dans l’urgence, les écarts de consommations entre les différentes solutions étant très significatifs[3];
  • Avoir un usage sobre de la climatisation: Il est donc impératif de maîtriser cette évolution pour en limiter l’impact au maximum.

https://librairie.ademe.fr/air-et-bruit/4745-la-climatisation-de-confort-dans-les-batiments-residentiels-et-tertiaires.html?search_query=climatisation&results=46

https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/guide-pratique-chaud-dehors-frais-dedans.pdf

https://agirpourlatransition.ademe.fr/particuliers/maison/travaux/climatisation-comment-bien-choisir

https://agirpourlatransition.ademe.fr/particuliers/maison/travaux/canicule-comment-garder-logement-frais

20 ans après AZF, où est la prise de conscience des risques industriels ?

La première législation concernant les établissements industriels insalubres et dangereux, date de 1810 avec un  décret napoléonien à propos d’un  monde qui voyait croitre  les pollutions, la régulation publique était alors conçue pour protéger les industriels, sécuriser leur capital productif et leur éviter des poursuites pénales en les mettant sous la surveillance d’une administration bienveillante.

Seveso en 1976: commune italienne victime en juillet 1976 d’un accident technologique. Un nuage d’herbicide contenant des produits toxiques s’échappe d’une usine chimique et contamine les alentours.

directive européenne de 1982 : zone à risques pour les entreprise dites Seveso, Le 24 juin 1982, la directive 82/501/CEE demande aux États et aux entreprises d’identifier les risques associés aux activités industrielles dangereuses, d’organiser la prévention et de prendre des mesures pour y faire face.

Les établissements industriels sont classés « Seveso » selon leur aléa technologique en fonction des quantités et des types de produits dangereux qu’ils accueillent. Il existe ainsi deux seuils différents classant les établissements en « Seveso seuil bas » ou en « Seveso seuil haut ».Directive 96/82/CE, dite « directive sévéso 2 »

                         Directive Seveso 3 »; (4 juillet 2012)

21 septembre 2001: 300 tonnes de nitrate d’ammonium stockées dans un hangar du complexe chimique d’AZF, à cinq km du centre-ville de Toulouse, explosent, provoquant une onde sismique de 3,4 sur l’échelle de Richter; cette  catastrophe d’AZF s’est soldée par 18 années de bataille judiciaire.

Cependant cela a conduit l’Etat à proposer  l’adoption de la loi Bachelot (30 juillet 2003) sur la prévention des risques technologiques Cette loi prévoit notamment la mise en place de plans de prévention des risques technologiques (PPRT) autour des sites à risques classés Seveso..En 2013, à peine la moitié des 390 PPRT étaient approuvés. En 2020, 5 étaient toujours en voie de finalisation. La raison de cette lenteur invoquée par le ministère réside notamment dans la lenteur des procédures d’expropriation: il y a 20 ans donc .

Environ 30.000 logements au niveau national, dont 25.000 logements privés et 5.000 logements sociaux, sont concernés par des PPRT impliquant des travaux d’ici fin 2016, a rappelé le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) dans un rapport publié en octobre 2014

 L’incendie de l’usine de Lubrizol en 2019 à Rouen va sonner comme rappel à l’ordre pour les pouvoirs publics et ainsi compléter l’arsenal législatif.

Au  mois de février 2020. installation d’un plan de prévention et de gestion des risques industriels,: Les installations classées font l’objet d’une réglementation plus protectrice depuis septembre 2020.

La base de données ARIA recense chaque année tous les événements portés à la connaissance du bureau d’analyse des risques et pollutions industriels (BARPI(nouvelle fenêtre)). Cette base de données vise à tirer le retour d’expérience des incidents et accidents survenus. Chaque année, un inventaire est publié qui dégage les grandes tendances de l’année passée. L’inventaire des accidents technologiques survenus en 2020(nouvelle fenêtre) porte sur 1 417 événements enregistrés au 1er avril 2021.

La loi Climat et Résilience (LOI n° 2021-1104 du 22 août 2021 portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets (1) NOR : TREX2100379L) crée deux délits.

Un délit de mise en danger de l’environnement en cas de mise en danger grave et durable (sur au moins sept ans) de l’environnement (faune, flore et qualité des sols), puni cinq ans d’emprisonnement et d’un million d’euros d’amende. Un montant qui peut être porté jusqu’au quintuple de l’avantage tiré de la commission de l’infraction.

De ce fait, les réponses institutionnelles au risque industriel sont restées principalement techniques. Certes, les rapports parlementaires post-Lubrizol de 2020 ont montré la faiblesse de l’inspection face à des rythmes industriels mettant l’action publique au pied du mur, et l’accroissement des risques industriels soumis de plus en plus à de la sous traitance, alors que les rapports de l’Organisation mondiale de la santé alertent depuis longtemps sur les effets néfastes de la pollution sur la santé publique.

https://www.vie-publique.fr/eclairage/274283-la-prevention-des-risques-industriels-un-etat-des-lieux