Archives du mot-clé Electrohypersensibles( EHS)

Naître et s’épanouir dans un environnement sain Chambéry 7 décembre

Naître et s’épanouir

dans un environnement sain

Ouverture des inscriptions !
Lundi 7 décembre 2015
de 8h30 à 17h
au Centre de Congrès « Le Manège »
à Chambéry
Conférence ouverte aux professionnels de la petite enfance et de la périnatalité,
aux parents et grands-parents,
aux éducateurs et accompagnants jeunes.
Pour la 4ème année consécutive, la Mutualité française Rhône-Alpes en partenariat avec plusieurs structures locales et régionales*, a le plaisir de vous convier à une conférence-débat intitulée :
« Naître et s’épanouir dans un environnement sain :
Ondes électromagnétiques et Santé,
mieux comprendre pour mieux agir ! »
en lien notamment avec la petite enfance et la périnatalité.
 

Nous avons le plaisir de vous adresser l’invitation comprenant un programme détaillé.

Nous vous remercions par avance du soin que vous porterez au bulletin d’inscription qui se trouve en dernière page.

*Partenaires :

Association Santé-Environnement en Rhône-Alpes (SERA) – Communauté de Communes Coeur de Chartreuse – Groupement Hospitalier Mutualiste de Grenoble – Radiance Groupe Humanis Grand-Est – Ville de Chambéry

 

 

28 aôut rassemblement des EHS à la limite de la Région RA et PACA

Rassemblés à Saint-Julien-en-Beauchêne (Hautes-Alpes) depuis le 25 août, de nombreux électro-hypersensibles de France et d’Europe ont échangé encore jusqu’à 31 aout. Cette pathologie, liée aux différentes ondes électromagnétiques mais non reconnue par l’OMS, touche de plus en plus de personnes. Celles-ci ont bien souvent abandonné maison, travail, amis, afin de vivre loin du WiFi et des antennes-relais en l’absence de reconnaissances et  de solutions médicales pour avoir une vie”normale”.

Rassemblement Dourbon aout 2014

 Le 28 aout , Michèle Rivasi, eurodéputée d’Europe Écologie-Les Verts, était venue accompagnée de scientifiques reconnus et d’élus régionaux et locaux. L’élue de la Drôme a fait des EHS son cheval de bataille depuis une dizaine d’années: elle est cofondatrice du CRIIREM, le Centre de recherche et d’information indépendant sur les rayonnements électromagnétiques qui a démontré la faible exposition des lieux. « L’électrosensibilité existe, même si c’est complexe, c’est malheureusement sous-traité », déplore l’élue.

Deux enquêtes , qui portent sur l’électrosensibilité sont en cours. La première, dirigée par Jean-Pierre Marc-Vergnes, Professeur chercheur INSERM  de l’université de Toulouse, ( lui même sur les lieux ) devrait s’achever avant la fin de l’année. Elle teste l’hypothèse d’une relation entre les symptômes que ressentent les personnes électrosensibles et une hypersensibilité de leurs cerveaux aux ondes.

À Saint-Julien-en-Beauchêne, à quelques kilomètres à peine du lieu de réunion des EHS, d’anciens bâtiments de la Caisse d’allocation familiale (Caf) sont situés dans une zone où le niveau de rayonnement électromagnétique est quasi-nul et pourrait soulager certains d’entre eux en grande difficulté sanitaire. Depuis 2011, “Une terre pour les EHS” a rassemblé plus de 700 personnes atteintes d’électrosensibilité, dont une importante majorité de femmes. « Ce que nous voulons, c’est vivre dignement, revendique Philippe Tribaudeau président de l’association:la plupart des électro-hypersensibles est isolée, n’a plus de vie sociale ». Cette semaine d’échanges aura permis de fédérer un peu plus les différents collectifs pour faire cause commune et poursuivre leur quête de reconnaissance.