Tous les articles par redacteur

2022 Grenoble capitale européenne verte

Grenoble a été choisie par l’Europe pour incarner en 2022 la Capitale Verte de l’Europe des transitions. Face aux trois autres villes finalistes Turin, Tallinn et Dijon, Grenoble a remporté le prix le jeudi 8 octobre 2020 grâce au caractère transversal et pionnier de ses actions en faveur de la transition écologique. Elle est la deuxième ville française à recevoir ce prix après Nantes en 2013, et succède à Lahti en Finlande, lauréate en 2021.

Pourquoi Grenoble est capitale verte ?

Toute l’année de nombreux événements vont se succéder mettant en évidence les différents axes engagés par la Métropole grenobloise quant aux transitions de plus en plus indispensables; nous faisons partie des acteurs concernés : venez nous rejoindre!

https://greengrenoble2022.eu/actualites/2-actualites.htm

https://greengrenoble2022.eu/

En cette période de fêtes les huitres n’y sont pas forcément !

Les zones côtières où grandissent les huîtres sont particulièrement exposées aux pollutions agricoles.

« Les huîtres peuvent être comparées à des aspirateurs marins, explique Thomas Sol Dourdin, doctorant à l’Ifremer. Ce sont des organismes filtreurs ! Tout ce qu’il y a dans l’eau (que ce soit du plancton, des résidus de métaux, des microplastiques ou des pesticides) passe dans l’huître ; aussi ce n’est pas surprenant que l’Ifremer ait aboutit à ces conclusions.

Dans le cadre de sa thèse soutenue en 2015, Audrey Barranger a exposé en laboratoire des huîtres au diuron, un herbicide fréquemment détecté dans les rivières et eaux côtières françaises parcolation des sols voisins. « Nous l’avons fait pendant la période de production de gamètes, qui s’étend principalement de juin à septembre, moment où l’on retrouve de fortes concentrations de pesticides dans le milieu marin » explique-t-elle. Ces expérimentations ont été réalisées à des concentrations « réalistes » de diuron, équivalentes à celles que l’on peut retrouver sur les côtes françaises. Le diuron n’est pas la seule substance chimique avec laquelle les huîtres peuvent entrer en contact. Atrazine, alachlor, glyphosate… Voilà quelques-uns des ingrédients du cocktail toxique dans lequel baignent ces délicieux mollusques. L’Ifremer a mené des études pour évaluer les effets de ce mélange insolite. Ces recherches ont également montré que l’herbicide avait des effets « épigénétiques » sur l’huître, c’est-à-dire des conséquences sur ses facultés d’adaptation.

En parallèle, la chercheuse a observé des anomalies de développement et un taux de croissance plus faible chez les mollusques exposés. « On ne peut pas faire de lien de cause à effet, mais nous avons une forte présomption que l’exposition au diuron pourrait expliquer ces performances physiologiques moindres », commente Farida Akcha, chercheuse au laboratoire d’écotoxicologie à l’Ifremer et ancienne directrice de thèse d’Audrey Barranger.

La dispersion de pesticides n’est pas le seul problème induit par l’agriculture intensive, la gestion et la qualité des eaux posant d’autres questions sur la pérennité des activités aquacoles. Pour que les huitres puissent se reproduire, grossir dans des conditions optimales,  il reste évident que les mélanges d’eau salée et douce doivent être de qualité.

 

La disparition des zones humides met en jeu la biodiversité

Le directeur général de l’UICN, Bruno Oberle souligne la nécessité urgente de protéger les zones humides et la riche biodiversité qu’elles abritent »

L’Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) estime qu’au moins 16 % des libellules sont menacées d’extinction, elles sont donc mentionnées dans une mise à jour de sa liste rouge qui est un inventaire mondial de l’état de conservation de la faune et de la flore. C’est la première fois que l’UICN fait un état des lieux des 6 016 espèces de libellules et demoiselles répertoriées dans le monde.

Entre 1970 et 2015, on estime que 35 % des zones humides dans le monde – lacs, rivières, marais ou encore zones côtières ou marines – ont disparu, selon un rapport de la Convention de Ramsar des zones humides. « Ces écosystèmes disparaissent trois fois plus vite que les forêts partout dans le monde. » Si les zones humides peuvent souvent paraître hostiles à l’homme,« elles fournissent des services essentiels », insiste Bruno Oberle, soulignant : « Elles stockent le carbone, nous donnent de l’eau propre et de la nourriture, nous protègent des inondations et sont l’habitat d’une espèce connue sur 10 dans le monde. »

Libellules et demoiselles sont « très, très sensibles aux changements dans l’environnement. Et elles servent donc de signal d’alarme sur ce qui se passe dans les zones humides à travers le monde », a expliqué Craig Hilton-Taylor, chargé de la liste rouge à l’UICN. « Le changement climatique est un facteur clé », rappelle Craig Hilton-Taylor, parce qu’il provoque des sécheresses qui ont un effet dévastateur sur leur habitat. Or, les libellules sont aussi un prédateur important des moustiques et autres mouches vecteurs de maladies.

Le rapport qui vient d’être présenté relate de cette liste rouge, qui est un document de référence de 142 577 espèces, faune et flore confondues, a franchi pour la première fois le cap des 40 000 (40 084) espèces menacées d’extinction.

La directive 2020/367 (bruit), transposée in extrémis

La France n’avait plus que quelques jours pour transposer dans son droit national la directive 2020/367 relative à l’établissement de méthodes d’évaluation des effets nuisibles du bruit, soit  jusqu’au 31 décembre 2021.

En effet la directive (UE) 2020/367 de la Commission du 4 mars 2020 modifiant l’annexe III de la directive 2002/49/CE du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne l’établissement de méthodes d’évaluation des effets nuisibles du bruit dans l’environnement (Texte présentant de l’intérêt pour l’EEE) n’avait plus que quelques jours pour convenir au droit européen et c’est chose faite par un décret du 14 décembre.

Le décret précise les effets nuisibles du bruit généré par les infrastructures de transport pour lesquels le nombre de personnes affectées est estimé et précise la procédure à suivre pour la mise en consultation des plans de prévention du bruit dans l’environnement ainsi que le moyen d’accès à ces plans une fois ceux-ci adoptés.

Quels sont les publics concernés ? :

Les autorités ou organismes gestionnaires des infrastructures routières, autoroutières de plus de 3 millions de véhicules par an et ferroviaires de plus de 30 000 passages de trains par an, les autorités ou organismes gestionnaires des aérodromes civils dont le trafic annuel est supérieur à 50 000 mouvements (hors les mouvements effectués exclusivement à des fins d’entraînement sur des avions légers) ;

Les agglomérations de plus de 100 000 habitants mentionnées dans l’arrêté du 14 avril 2017 modifié établissant les listes d’agglomérations de plus de 10 000 habitants pour application de l’article L. 572-2 du code de l’environnement ;

Les autorités approuvant des cartes de bruit et des plans de prévention du bruit dans l’environnement (PPBE), si elles sont distinctes des gestionnaires (directions départementales des territoires).

Références : le décret participe à la transposition de la directive (UE) 2020/367 du 4 mars 2020. Le texte peut être consulté sur le site Légifrance (https://www.legifrance.gouv.fr).

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000044487822

Le rêve de la voiture propre ?

La voiture propre serait-elle la voiture électrique ?

C’est ce que nous dit le gouvernement, qui, sous prétexte de « renouveler le parc automobile français en faveur des véhicules propres », a mis en place un « bonus écologique » offrant une réduction pour tout achat d’une voiture électrique. Et c’est ce que tente de nous convaincre les constructeurs automobiles tout autant que le gouvernement. Pourtant ce n’est pas si simple et ça pourrait même être tout l’inverse comme le montre Nicolas Meunier dans son livre « L’arnaque de la voiture propre ». Ce livre est l’œuvre de Nicolas Meunier qui a eu une formation d’ingénieur spécialisé dans l’automobile (ESTACA).

“Il faut en effet d’abord prendre en compte la construction du véhicule, qui dégage plus de CO2 pour une voiture électrique qu’à essence, notamment à cause  de la multitude de métaux nécessaires : lithium, aluminium, cuivre, cobalt. La voiture propre n’existe pas, même électrique et son bilan écologique, en prenant en compte sa production, batterie comprise provoque une énorme pollution minière. Grosse émettrice de gaz à effet de serre, la construction des voitures électriques consomme donc une très grande quantité de métaux” .

Concernant le 100% électrique, l’auteur livre une accusation contre les opérateurs, et notamment contre leurs systèmes de paiement complexes devant leurs bornes, citant notamment cet utilisateur qui, malgré sept cartes différentes, correspondant à divers organismes, n’a pas pu se recharger sa voiture.