Archives du mot-clé imprégnation; étude ELFE

Etude de biosurveillance des femmes enceintes

Dans la poursuite du volet Biosurveillance mis en place dans le cadre du PNSE2 avait été conduit un volet périnatal en faveur  de la cohorte Elfe qui a conduit à ces résultats.

Ce volet périnatal du programme national de biosurveillance que les ministères de la santé et de l’environnement ont demandé à Santé publique France de mettre en œuvre, afin d’avoir « une  connaissance des niveaux d’exposition des femmes enceintes [aux polluants de l’environnement] et le mode d’imprégnation qui sont des enjeux majeurs de santé publique ».

Cette  étude a été  publiée mardi 19 décembre par Santé publique France (ex-Institut de veille sanitaire), quelques jours avant les agapes de fin d’année, elle montre que les femmes enceintes françaises sont surexposées à l’arsenic et au mercure (source d’exposition connue de l’arsenic et du mercure par les poissons ), et que cette « surimprégnation » (par rapport notamment aux Américaines et aux Canadiennes) « trouverait une explication dans la consommation plus élevée de produits de la mer en France ».

L’exposition prénatale à ces polluants est soupçonnée d’avoir des répercussions sur la grossesse (prématurité, malformations congénitales, petit poids à la naissance) et sur le développement et la santé de l’enfant (atteintes du système reproducteur, du métabolisme, du développement psychomoteur et intellectuel ou augmentation du risque de cancer).

L’étude a été conduite sur un échantillon représentatif de 4 145 femmes ayant accouché en 2011 en France continentale (hors Corse) à partir de prélèvements recueillis au moment de l’accouchement : sang de cordon, urines, cheveux et sérum. Une première partie  des résultats, publiée en décembre 2016( Tome 1) avait  déjà montré la présence de polluants organiques (bisphénol A, phtalates, pesticides, PCB ou composés perfluorés)à laquelle on peut ajouter désormais des métaux lourds comme le mercure et l’arsenic et un métalloide comme  l’antimoine  (mesurée par dosage urinaire chez 990 femmes enceintes).  Cette imprégnation des femmes enceintes par l’antimoine augmente avec la consommation de tabac et la consommation d’eau embouteillée( antimoine utilisé dans la fabrication des plastiques). Ces associations sont cohérentes avec les sources d’exposition connues de l’antimoine.

Le Tome 2 du rapport présente les niveaux d’imprégnation par les métaux et métalloïdes (antimoine, arsenic, cadmium, césium, chrome, cobalt, étain, mercure, nickel, plomb, uranium, vanadium), ainsi que les déterminants de ces niveaux d’imprégnation. Les éventuelles variations temporelle et géographique des niveaux d’imprégnation par ces métaux et métalloïdes ont été étudiées par une comparaison avec les résultats d’études antérieures menées en France et à l’étranger.

Plus de détails sur les sites de Santé publique France

http://www.santepubliquefrance.fr/Actualites/Exposition-des-femmes-enceintes-francaises-aux-polluants-de-l-environnement-Tome-1-les-polluants-organiques

et

invs.santepubliquefrance.fr/Publications-et-outils/Rapports-et-syntheses/Environnement-et-sante/2017/Impregnation-des-femmes-enceintes-par-les-polluants-de-l-environnement-en-France-en-2011-Tome-2-metaux-et-metalloides

La 1ère partie de l’étude ELFE sur l’exposition des femmes enceintes est parue

L’objectif de ce volet est d’estimer l’exposition des femmes enceintes à certains polluants présents dans l’environnement, notamment les polluants organiques, et de quantifier si possible les déterminants de ces niveaux d’imprégnation. Cette estimation repose sur le dosage de biomarqueurs dans des prélèvements biologiques recueillis en maternité chez des femmes ayant accouché en France continentale en 2011.

Imprégnation des femmes enceintes par les polluants de l’environnement en France en 2011: Volet périnatal du programme national de biosurveillance mis en oeuvre au sein de la cohorte Effe –

Tome 1 : polluants organiques

Auteur(s) : Dereumeaux C., Guldner L., Saoudi A., Pecheux M., Crouy-Chanel (de) P., Bérat B., Wagner V., Goria S

PE-sur-foetus08-24-11-08-52-262x300

Le tome I du rapport présente les niveaux d’imprégnation par le bisphénol A, les phtalates et les pesticides mesurés dans les urines, ainsi que les déterminants de ces niveaux d’imprégnation. Il présente également les concentrations sériques en dioxines, furanes, polychlorobiphényles (PCB), retardateurs de flamme bromés et composés perfluorés mesurés chez un sous-échantillon des femmes enceintes incluses dans Elfe. Les éventuelles variations temporelles et géographiques des niveaux d’imprégnation par ces polluants organiques ont été étudiées par une comparaison avec les résultats d’études antérieures menées en France et à l’étranger.

Le volet périnatal du programme national de biosurveillance a permis de décrire pour la première fois l’imprégnation des femmes enceintes françaises par certains polluants organiques de l’environnement et de quantifier, lorsque cela était possible, les déterminants de ces niveaux d’imprégnation.

Editeur(s) : Santé publique France

Invs.santepubliquefrance.fr/Publications-et-outils/Rapports-et-syntheses/Environnement-et-sante/2016/Impregnation-des-femmes-enceintes-par-les-polluants-de-l-environnement-en-France-en-2011

Rapport  [pdf – 3,79 Mo]
Synthèse  [pdf – 143,83 Ko]