L’aspergillose : un problème de santé publique souvent ignoré

L’aspergillus, ce champignon méconnu qui menace nos poumons: “C’est un énorme problème de santé publique, mais cette maladie n’est pas visible de la population et du corps médical”, assure à l’AFP le docteur Cendrine Godet, selon qui “ces patients doivent être reconnus comme victimes”. Avec d’autres spécialistes, elle a sonné la mobilisation contre l’aspergillose pulmonaire chronique lundi 17 septembre 2018 à Paris, lors du Congrès international de la Société européenne des maladies respiratoires (ERS). “Les publications actuelles font état de 3 millions de personnes touchées dans le monde et 240.000 en Europe, mais c’est très sous-estimé”, dit-elle.

Mais où se loge ce champignon ? est-il répandu et où ?

C’est dans les greniers, plafonds, climatiseurs, lieux humides comme les salles de bains ou les cuisines : “on le respire quotidiennement”, qu’il se loge souligne le docteur Godet. “Dès que vous avez des taches noirâtres sur les murs, il y a de l’aspergillus là-dedans”. Pour la plupart des gens, il est inoffensif. À l’inverse, on sait depuis longtemps qu’il met en danger des patients fragiles, comme les immunodéprimés ou ceux qui ont déjà souffert d’autres maladies pulmonaires comme la tuberculose ou le cancer du poumon.

Mais, et c’est nouveau, les spécialistes estiment aujourd’hui que l’aspergillus représente une menace pour une catégorie de population bien plus large que ce qu’on pensait. “Cela peut être des gens qui ont les bronches dilatées parce qu’ils fument, qui ont de l’asthme, ou qui ont une petite cicatrice sur le poumon, laissée par une infection ancienne, comme une pneumonie par exemple”, selon le docteur Godet. L’aspergillus profite alors de ces portes d’entrée pour “faire son nid” dans le poumon, ajoute-t-elle, en citant l’exemple d’un de ses patients, un palefrenier vraisemblablement infecté à force de manipuler des céréales dans les box à chevaux.

“Des symptômes chroniques peuvent se développer sur des mois et des années, sans faire de bruit : on tousse, on est essoufflé et on peut en arriver à cracher du sang”, décrit Cendrine Godet. Ces symptômes ne sont pas propres à cette maladie et le diagnostic est difficile à poser. Dans les formes infectieuses les plus graves, “quand on découvre que l’aspergillus est en cause, le poumon commence à se détruire, il y a d’énormes cavités avec des boules de champignons à l’intérieur”, explique le docteur Godet. Chez les patients non traités, la mortalité à 5 ans varie de 50 à 80%.