Dr Véronique Vasseur : “Nous vivons dans un pic de pollution quasi-permanent”

En 2000, le Dr Véronique Vasseur lançait un pavé dans la mare pour dénoncer les conditions de vie dans les prisons avec son livre Médecin-chef à la prison de la Santé. Aujourd’hui médecin à l’Hopital Saint-Antoine, et désormais sur les traces de lanceurs d’alerte tels les professeurs Dominique Belpomme et Gilles-Eric Seralini, elle signe un nouveau livre-choc,désintoxiquez vous

Elle nous confie:”j’observe très clairement une recrudescence des allergies, de l’asthme, chez des patients qui n’avaient jamais été touchés auparavant. Mais ma prise de conscience s’est aussi faite comme simple citoyenne : comme beaucoup de Français, je lis des articles, je vois des reportages sur les additifs, les pesticides, les insecticides et leurs effets sur notre santé et notre environnement. Je me souviens en particulier d’un reportage sur les Inuits au Groënland. De plus en plus d’enfants y naissent avec des malformations, les cancers augmentent chez les adultes et le lien a été fait avec les graisses de poissons, de phoques, de narvals dont ils se nourrissent et qui sont pleines de dioxines, transportées par les courants marins… J’ai découvert qu’il y a des toxiques partout, que nous sommes continûment agressés et contaminés à notre insu. Les molécules chimiques toxiques, de plus en plus nombreuses, la pollution, nous affectent quotidiennement, à très faibles doses, mais de façon chronique, et avec des synergies d’action entre ce que nous mangeons, ce que nous buvons, ce que nous respirons ou ce qui entre en contact avec notre peau.th

Le bisphénol A a été interdit, le triclosan aussi, les phosphates et les parfums dans les lessives sont en passe de l’être et il existe aujourd’hui des conseillers médicaux en environnement, remboursés par la sécurité sociale quand vous avez une maladie comme l’asthme – ils se déplacent chez vous pour évaluer, et limiter la présence des formaldéhyde et autres polluants présents dans nos intérieurs (neuf cents substances chimiques émises dans nos maisons…). Mais tout cela est bien trop lent. Même si certains d’entre eux ont été interdits, le volume global des pesticides n’a toujours pas baissé. Leur consommation a même augmenté de 9,2% en 2013 ! Et regardez la pollution insupportable de ces derniers jours à Paris ! Nous vivons dans un pic quasi-permanent. La Commission européenne a pourtant menacé plusieurs fois la France d’amendes, et d’un renvoi en justice, si elle ne limite pas la pollution aux particules fines dans dix agglomérations, dont Paris, Marseille , Lyon et  Grenoble.

Il y a mille cancers nouveaux par jour en France. Alors bien sûr, on les dépiste mieux. Mais ils se multiplient, notamment les cancers hormono-dépendants, probablement dûs aux perturbateurs endocriniens. Il faudra attendre 2016 pour voir si les tendances se confirment, par delà les explications conjoncturelles dues à la grippe et à la canicule. Sachant que nous sommes de plus en plus confrontés à des « effets cocktail » entre les différents toxiques et qu’il est difficile de dire si un cancer du poumon est dû aux particules fines, au formaldéhyde, au benzène, à la fumée de cigarettes, pour ne prendre qu’un exemple. Alors, en attendant, à nous de redoubler de vigilance”.

Désintoxiquez-vous (Flammarion, avec Clémence Thévenot, 19€)