Syndrome des micro-ondes

Nous relayons la communication de 2 médecins  qui nous présentent les effets physiologiques et pathologiques constatés sur des patients confrontés à la présence d’ondes Wi-Fi ou des portables, antennes-relais que l’on nomme volontiers: Personnes Electrohypersensibles( EHS)

de Claude Monnet Dr en RadiologieVice président de Next-up organisation.

et Pierre le Ruz Dr en Physiologie Président de la commission scientifique du Criirem.

. 1 – Les rayonnements des Champs ElectroMagnétiques (CEM) artificiels issus des micro-ondes ont un impact sur toute matière vivante, (ondes de 300 MégaHertz à 300 GigaHertz = HyperFréquences = micro-ondes).

. 2 – Conformément aux lois de la physique universelle, toutes les études scientifiques réalisées dans le monde démontrent que suite à une irradiation HyperFréquences ou micro-ondes il est observé des effets thermiques et des effets spécifiques dits athermiques.

Ce sont les chercheurs russes qui ont décrit les premiers, dès 1960 les effets spécifiques et le Syndrome des Micro-Ondes ou Syndrome des  HyperFréquences qui les caractérisent chez l’homme.Par la suite, cela sera confirmé par une première publication au NCBI en 1998 qui précisera le lien entre ce syndrome et l’exposition à des HyperFréquences pulsées.

– Référencement des études scientifiques mondiales sur les effets des CEM artificiels : DATABASE – Des milliers de Médecins lancent des appels . . .

– Une vaste étude de terrain a été publiée par l’Office Fédéral de la Santé Publique Suisse portant sur la consultation de 342 Médecins généralistes, elle attribue au minimum cinq pour cent de symptômes de la population aux irradiations des Champs ElectroMagnétiques, pareillement en Allemagne [NCBI-PubMed]

. 3 – Analyse de toutes les Etudes scientifiques mondiales sur les effets des HyperFréquences sur l’humain :

A – Contrairement aux messages couramment véhiculés par certains, aucune étude au monde n’a prouvé l’innocuité des irradiations artificielles électromagnétiques des micro-ondes sur le vivant.

B – La quasi totalité des études scientifiques réalisées à ce jour au monde qui ne sont pas financées en totalité ou en partie par les telcos (industriels des télécommunications mobiles) démontrent non seulement des effets biologiques, mais aussi des effets dits sanitaires sur le vivant (impactés : humain, faune, flore, climat).Exemple : étude scientifique UCL du Dr Dirk Adang

C – L’étude scientifique la plus importante réalisée au monde à ce jour est celle du WTR (Wireless Technologie Research – USA) financée à 100 % par les telcos à hauteur de 28 millions de dollars.Elle démontre des effets dits biologiques, mais met en évidence des effets dits sanitaires, notamment surl’ADN qui ont été confirmés par la grande étude REFLEX réalisée par la Communauté Européenne.

D – L’étude scientifique internationale INTERPHONE du Centre International de Recherche sur le Cancerest axée sur les effets du téléphone mobile, globalement ses résultats sont sans appel, notamment au niveau des tumeurs, exemple : Tumeurs des glandes salivaires.

. 4- L’interaction des CEM des HyperFréquences avec le métabolisme bioélectromagnétique humain génère le Syndrome dit des Micro-Ondes ou des HyperFréquences.

Le Syndrome des Micro-Ondes est caractérisé par des mécanismes et des effets en phases d’alarme et de résistance :

. 1er cas, la phase d’alarme :Le cerveau soumis à une stimulation ponctuelle de rayonnements électromagnétiques artificiels de type micro-ondes déclenche des réactions spécifiques de l’organisme impliquant des réponses :- neuronales, neuroendocrines, métaboliques et comportementales.

A- Ces réponses se classent dans le schéma général d’adaptation au stress d’un individu, ceci de manière plus ou moins adaptée.

B – La prise en charge de ou des éléments stresseurs (irradiation, etc…) se réalise par :

. le Système Nerveux Central (SNC), . le Système Nerveux Périphérique (SNP) . le Système Endocrinien (SE).

Ces réponses se divisent en 3 stades :

1 – Réception du stresseur par les organes sensoriels et leurs innervations afférentes.

2 – Programmation de la réaction au stress au niveau du cortex et du Système Limbique (SL) (amygdale, bulbe olfactif, hippocampe, septum, corps mamillaire…). le couple Cortex/SL est un système d’analyse comparative utilisant comme banque de données des « souvenirs » issus d’expériences. Ainsi, le cerveau compare la situation nouvelle à des expériences passées afin d’élaborer une réponse adaptée.

3 – Déclenchement de la réponse de l’organisme via l’amygdale et l’hippocampe qui agissent sur l’hypothalamus et la formation réticulée du tronc cérébral afin d’activer le Système Nerveux Végétatif (SNV) et le SE (glandes surrénales). L’amplitude de l’alarme est régulée par le Système Limbique (SL).

. 2ème cas, la phase de résistance :

Suite à la phase d’alarme, si l’exposition à l’élément stresseur persiste même à faibles doses (ex : irradiation par les antennes relais) ou devient chronique (ex : irradiation d’un utilisateur en addiction au téléphone mobile qui ne respecte pas l’autorégulation du corps par rapport à l’indice DAS de son mobile), il résulte que l’hypothalamus, etc . . . va analyser ces stress constants et activer la sécrétion des diverses hormones, . . .

Malheureusement, en règle générale l’humain exposé à ce type de rayonnements artificiels ne possède pas dans son « répertoire cognitif » de stratégie préétablie pour se défendre efficacement contre ce type d’agression, donc la stimulation hypothalamique entraîne une réponse générale stéréotypée inappropriée à ce type d’agression, . . . ce qui souvent en accroît l’impact négatif, (affaire du collège de Chabeuil France).

. Concernant le métabolisme de certaines personnes cela va bien « se passer  » temporairement pendant une période pouvant atteindre quelques jours à plusieurs décennies, néanmoins leur capital santé est tout de même rapidement hypothéqué. Des pathologies « habituelles » apparaissants vers le troisième âge, risquent d’apparaître précocement telles que des maladies neuro dégénératives.

. Concernant le métabolisme de toutes les personnes en états de faiblesses (malades, âgées), foetus, bébés, etc . . ., il se produit un épuisement rapide et une dérégulation de tous les systèmes nerveux et endocrinien, donc de l’ensemble du système immunitaire.

L’organisme étant « dépassé », l’épuisement est atteint, de plus cet état est un terrain favorable à des sécrétions élevées en glucocorticoïdes qui ont un effet suppresseur sur l’immunité, . . .

Ceci va favoriser (être co-promoteur) et déclencher l’apparition d’un certains nombres de pathologies connues, c’est l’aboutissement de ce mécanisme que l’on appelle le Syndrome des Micro-Ondes.

Pathologies courantes résultantes du syndrome des micro-ondes (liste non exhaustive) :

. Syndrome dystonique cardiovasculaire : bradycardie, tachycardie, hyper/hypotension, athérosclérose …

. Syndrome diencéphalique chronique : somnolence, insomnie [sommeil], difficultés de concentration, vertiges, troubles sensoriels, pertes de concentration, fatigue chronique.

. Syndrome asthénique chronique : fatigabilité, nausées, céphalées, anorexie, irritabilité, stress, dépression, suicide.

. Pathologies cancéreuses : leucémies, glutathion et mélanome, cancers du sein, . . . (dossier InVS)

. Pathologies dermatologiques : irruptions cutanées diverses, dermatites, dermatoses, eczéma, psoriasis …

. Pathologies dopaminergiques : parkinson, les jambes sans repos, perte de sensibilité des 4 membres, bras serrés au réveil, crampes dans les membres, . . .

. Pathologies immunitaires: modification de la formule sanguine (taux élevé de lymphocytes), etc . . .

. Symptôme d’hypersensibilité (EHS) : préalablement attribué à une perturbation psychologique !

. Pathologie pré et post-natale : forte prématurité (souvent avant ou vers l’âge gestationnel),

foetopathies « toxiques », fausses couches, retard de croissance, biométriques, modification du génotype, puis modification pubertaires (dont baisse QI associé à l’ouverture de la BHE), autisme.

. Pathologie procréative : Diminution drastique du sperme [infertilité]. . . .

. Pathologie hypogonadisme : Hormone testostérone, Diminution drastique de la libido (vidéo avec Pass).

. Pathologie cerveau : Tumeurs, Ouverture de la BHE (Barrière Hémato Encéphalique), perturbation de l’électroencéphalogramme, . . .

. Pathologies courantes : perturbations auditives, visuelles [oeil], saignements de nez, commissures des lèvres, saignements de gencives, fibromyalgie, allergies, asthme, névralgies dentaires, diabète, etc . . .

. Pathologies psychiques : indifférence, introversion, passivité, résignation, dépression et anorexie mentale, ….suicide, . . . et activité cérébrale (contrôle comportemental).

. Troubles du comportement (socio-professionnel) : irritabilité, inconfort (risques d’accidents accrus) stress, dépression, suicide.

.

Une réflexion au sujet de « Syndrome des micro-ondes »

Les commentaires sont fermés.